Savon exfoliant a la poudre de noyaux d’abricot (SAF)

Hello tout le monde, je vous propose aujourd’hui une nouvelle recette de SAF (savon saponifié à froid). Retrouvez mon premier article sur la SAF en cliquant juste ici.

Une recette au pouvoir lavant et moussant excellent grâce à l’huile de ricin et de babassu. Des savons exfoliants et nourrisant grâce à l’huile de coco, au beurre de mangue et à la poudre de noyaux d’abricot.

Ingrédients :

  • 264g d’huile de coco
  • 176g de beurre de mangue
  • 176g d’huile de babassu
  • 44g d’huile de ricin
  • 100g de soude caustique (vous en trouverez en magasin de bricolage, à manipuler avec précaution)
  • 241 g d’eau froide déminéralisée
  • 5ml de fragrance Tea Time
  • de la poudre de noyaux d’abricot

Veillez à bien respecter les quantités de façon très précise, en effet l’indice de saponification n’est pas le même en fonction des huiles végétales. Vous pouvez utilisez un calculateur en ligne, mais je vous conseille de ne pas faire des recettes trop compliquées pour un début.

  1. Préparation : Bien nettoyez votre plan de travail et sa laver les mains. Disposez l’ensemble des ingrédients dont vous aurez besoin et les ustensiles. Ventiler la pièce.
  2. Équipez vous !
  3. Pesez la soude puis l’eau. Versez lentement la SOUDE DANS L’EAU (et SURTOUT PAS l’inverse), remuez doucement pour la soude se dissout dans l’eau en évitant de respirer les vapeurs au dessus de votre carafe ou bécher. Attention ça chauffe, placer un thermomètre dans le bécher puis laissez la préparation à l’écart en attendant que sa température descende jusqu’à 40°C. (Selon certains savonniers, la température idéale est de 49°C)
  4. Pesez ensuite le reste des ingrédients, et placez au bain marie pour chauffer lentement les huiles.
  5. Pendant que la Température diminue, peser soit les huiles essentielles soit les fragrances et les colorants ou pigments
  • Choisissez des fragrances pour parfumer le savon : Dosage 5 % maximum
  • Choississez soit des pigments glycérinés ou des pigments en poudre. Les pigments en poudre sont à diluer au préalable dans un peu d’huile végétale. Le dosage dépend de la couleur que vous souhaitez.
  • Vous pouvez aussi choisir des plantes séchées.
  1. Une fois que le mélange eau + soude ainsi que les huiles ont atteint 40°C, Verser lentement la lessive de soude dans les huiles en évitant la formation de bulles. Ne jamais verser les huiles dans la soude cela pourrait provoquer une réaction qui risquerait de déborder de votre récipient.
  2. Mixez au mixeur plongeur jusqu’à ce que la texture soit homogène et qu’apparaisse ce que l’on appelle la trace, c’est à dire l’empreinte que laisse à la surface le mixeur une fois. Lorsque vous relevez la pâte à savon sur le dessus, vous devez voir apparaître une trace comme lorsque vous faites un gâteau. Il faut arrêtez de mixer sinon votre pâte à savon sera difficile à verser dans le ou les moules.
  3. Ajoutez la fragrance et la poudre de noyaux d’abricot et terminer le mélange avec un fouet manuel pour éviter d’épaissir trop la pâte avec le mixeur plongeur.
  4. Versez ensuite dans le moule choisit pour le savon.
  5. Vous pouvez ensuite décorer votre savon avec des fleurs séchées par exemple.
  6. Laissez séchez entre 36h et 72h avant de démouler. Procédé au découpage du savon (remettre ses gants, le savon est encore caustique) puis c’est parti pour la cure de 4 semaines !!!

Privilégier les moules en silicone, ce qui facilite le démoulage du savon.

Les cosmétiques berberes de Mona and noor

Hello tout le monde, je reviens aujourd’hui pour vous parler de Mona and Noor. Un site qui référence des produits marocains naturels et éthiques.

Un peu d’histoire..

La marque a pris conscience suite à un déménagement au Maroc, de l’incroyable gâchis que représentent tous ces packagings en plastique qui allaient finir au fond de nos océans et surtout sur les belles plages dont nous allions bientôt profiter. Elle a ainsi développer sa plateforme en proposant des cosmétiques éthiques et berbères en provenance tout droit du maroc. Des produits de beautés de qualités avec des matières premières choisies de façon éthiques.

Habitués à consommer sans réfléchir, à craquer pour le dernier produit miracle sans se soucier des conséquences, nous avons réalisé qu’il était temps de repenser notre vision de la beauté. Nos envies étaient claires : des cosmétiques naturels, avec des formules simples, dans des packagings durables.

La marque m’a proposé de tester des produits et j’ai accepté avec grand plaisir. Je vous parle ainsi des 4 produits que j’ai reçu en toute transparence.

Le Ghassoul est une matière première pure : c’est tout simplement de l’argile, issu de gisements des massifs montagneux. La particularité de ce ghassoul est que celui ci est composé de 7 plantes. On l’utilise pour le corps, le visage et les cheveux afin de nettoyer et/ou exfolier. Je suis de base très fan de ce type de produit, mais celui est vraiment agréable à utiliser. En effet, parfois le ghassoul peut assécher les cheveux en absorbant complétement le sébum alors qu’avec celui ci pas du tout. Je l’utilise en tant que gommage corps et visage et ma peau est toute douce après application. Je recommande vivement ce produit polyvalent qui est vraiment adapté à tous les types de peaux et de cheveux.

Comment l’utiliser ? Il suffit de mélangez quelques cuillères de ghassoul avec de l’eau ou un hyrdolat choisi en fonction des besoins pour votre peau ou vous cheveux afin de créer une pâte exfoliante.

L’eau ou l’hydrolat de Fleur d’orange est obtenu par hydro distillation de la plante. J’utilise régulièrement les hydrolats dans mes préparations cosmétiques mais aussi telle quelle en tant que lotion. J’utilise celle ci soit directement en vaporisant sur mon visage après mes soins pour ces propriétés calmantes soit sur une lingette lavable une fois mon visage démaquillée et nettoyée pour retirer l’éxédent de calcaire et d’impurtés. Le seul inconvénient pour les hydrolats est leur fragilité à la chaleur et aux UV. Ici elle est conditionnée dans un flacon en verre ambré ce qui est un plus. Toutefois il faut quand même la conserver au frais. L’inconvénient d’aller chercher son eau florale au frigo mais je ne pourrais pas me passer d’en utiliser.

Comment l’utiliser ? En vaporisation sur le visage nettoyé ou à l’aide d’un coton lavable.

Véritable coup de coeur pour ce produit ! Le savon Beldi ou savon noir est traditionnellement utilisé dans les hammams pour des rituels de purification. Il permet d’éliminer de purifier et d’éliminer les peaux mortes. Ce qui me fascinent le plus c’est sont aspect sans grain qui permet de gommer la peau et la rendre hyper douce. Direct du producteur, ce savon est une pépite, un produit berbère par excellence.

Comment l’utiliser ? Appliquez en couche épaisse sur le corps puis rincez à l’eau chaude puis gommez votre peau avec un gant de crin.

Enfin j’ai pu découvrir ce shampoing solide de la marque Zina, formulé sans sulfates et sans huiles essentielles.

Sa formule :

• Sodium cocoyl isethionate : Issu des acides gras de l’huile de noix de coco, il est utilisé dans les shampoings solides pour son pouvoir moussant

• Moroccan Lava Clay : Ghassoul

• Olea europaea fruit oil : Huile d’olive

• Trigonella foenum-gaecum seed powder : Poudre de graine de fenugrec

• Citrus aurantium peel powder : Poudre de peau d’orange

• Stearic acid : Acide gras saturé d’origine végétale. Agent nettoyant, épaississant et stabilisateur

• Water : Eau

• Citrus sinensis extract : Extrait d’orange

• Lactic acid : Acide de fruits qui régulate le PH. Il aide à adoucir et à retenir l’humidité de la peau

J’aime beaucoup de shampoing solide, je trouve qu’il nettoie très bien les cheveux. Il n’assèche pas le cheveux. Il les rend facile à coiffer et les cheveux sont plus fortifiés. Par contre, si vous êtes dans une transition vers le naturel, il est probable de faire un virage à 180° avec ce type de shampoing : il ne mousse presque pas ! Alors sachez que mousser ne veut pas dire laver, cela dit il est possible que cela vous perturbe. Toutefois, je vous assure que vos cheveux seront très propres. Ca vaut peut être le coup de se lancer 😉 ?

-10% avec le code TAMBOUILLES

Rendez vous sur le site Mona and Noor pour commander vos produits de beautés berbères et éthiques

J’espère que cet article vous a plus et vous a donné envie de tester ces cosmétiques berbères et éthiques. Des produits aux formules simples et efficaces. J’ai déjà des vues sur d’autres produits du site 🙂

A bientôt

La culotte de Règles

Hello tout le monde, je reviens aujourd’hui pour vous parler de la culotte de règles !

La marque SISTERS REPUBLIC m’a proposé de tester leur culotte de règles et j’ai accepté avec plaisir.

Ma transition vers le naturel passe aussi par les protections périodiques mais je trouve que la démarche met plus de temps. En effet, pendant longtemps j’ai été adepte des tampons classiques et je mettais que ça ! La sensation des serviettes hygiéniques jetables me dérangeait et je n’utilisais que des tampons. Il y a deux ans à peu près, j’ai testé la CUP et plusieurs types, sans grand succès. Gêne à la mise en place, sensation d’un corps étranger et même allergie !!! Je sais ce n’est pas très Glamour mais bon c’est la vie !

Puis je me suis lancé dans l’utilisation des serviettes hygiéniques lavables et j’ai beaucoup aimé. Actuellement, je n’utilise plus que ça (et la culotte de règles) ! Parfois des tampons, mais c’est si je n’ai pas le choix, comme aller à la piscine et je prend le soin de sélectionner des tampons biologiques, écologiques et non blanchit au chlore. D’autre part, le Tampon est bien souvent responsable du choc toxique, c’est pour quoi je limite son utilisation.

Je pratique également le flux instinctif ce qui consiste à ne pas porter de serviettes, cup ou autre protection et de contracter son périnée. Alors oui, c’est risqué mais je ne l’ai pas fait comme ça d’un coup, c’est progressif : à la maison, une sortie une heure, puis deux..Etc et c’est surtout être à l’écoute de son corps.

Puis le test, de la culotte de règles est clairement UNE Révélation ! Septique au départ, peur des fuites, des odeurs, sensation de gêne, dès la 1ère utilisation j’ai été conquise, aucune de mes craintes ce sont avérées vrai. Agréable, absorption parfaite, pas d’odeurs, pas d’irritations, pas de fuites.. se lave également très facilement. Un véritable confort ! Je suis de plus en plus sereine et je vois moins les règles comme une contrainte, j’ai appris avec le temps à appréhender, écouter mon corps et essayer de lui offrir les meilleures options qui correspondent à mes valeurs.

La marque SISTERS REPUBLIC, propose des culottes de règles respectueuses du corps de la femme mais aussi de l’environnement. Les culottes sont composées uniquement de tissus qui sont labellisés Okeo-Tex Standard 100, soit le même standard que pour les nourrissons.

La marque SISTERS REPUBLIC propose trois modèles de culottes avec trois degrés d’absorption en fonction de votre flux. Pour ma part, j’ai choisit la culotte BIKINI SIDONIE en absorption médium. J’aime beaucoup sa simplicité, sa dentelle qui permet de rester féminine en toutes circonstances. Honnêtement, on ne dirait pas une culotte de règle, elle est très épurée, je la trouve vraiment CANON. Comme quoi on peut être belle et féminine même en période de règles.

Pour conclure, je suis ravie d’avoir pu tester ces culottes de règles qui offrent vraiment confort et sécurité. Je n’ai même plus envie d’utiliser les serviettes lavables que j’utilisais déjà. Si vous souhaitez découvrir, vous pouvez bénéficier de mon code promo MYLITTLETAMBOUILLE15 qui vous offre 15% jusqu’au 5 Septembre 2020.

A bientôt

Les compléments alimentaires nature az

Hello tout le monde, j’espère que vous allez bien. Aujourd’hui je viens vous parler de la Marque Nature AZ. Une entreprise familiale situé à Montpellier et dont le fondateur est pharmacien.

Ils proposent, fabriquent et commercialisent une large gamme de compléments alimentaires et autres produits naturels pour répondre à nos besoins du quotidien. Ils veillent à sélectionner des plantes ayant des propriétés intéressantes pour notre organisme.

J’ai eu l’occasion de tester deux produits de leur gamme:


Le premier est la Biotine (Vitamine B8) + Sélénium + Zinc + Levure de bière sous forme de gélules , il s’agit d’un complexe ongles et cheveux.

La biotine permet de faire repousser les cheveux et de limiter leur chute. En effet, une carence en biotine entraine souvent une chute de cheveux. En testant ces gélules, j’ai pu constater que je perdais beaucoup moins mes cheveux et j’en suis ravie. Bien que j’ai des cheveux en bonne santé, j’en perdais régulièrement et ces gélules me permettent de moins en perdre. La vitamine B8 contenue dans la biotine permet également de fortifier les ongles et les cuticules. En effet, mes ongles ne se dédoublent plus et ne sont plus cassants.

La Biotine permet également de donner une meilleure apparence à la peau et à réduire l’acné. Il est vrai qu’après 3 semaines de traitement combiné à une nouvelle routine visage, j’ai eu une petite poussée d’acné au début et puis plus rien. Mon grain de peau est plus affiné.

Ces gélules contiennent également du Sélénium, un sel minéral naturellement présent dans notre organisme, qui a des vertus anti-oxydantes et qui permet d’éliminer les métaux lourds nocifs. Il y a également du Zinc qui permet de lutter contre l’acné et les cheveux ternes.

Enfin ces gélules sont composées de Levure de Bière, celle ci est bien connue pour les ongles et les cheveux mais elle permet aussi de lutter contre la fatigue passagère et à lutter contre le stress grâce à sa teneur en vitamine B.

Je suis très satisfaite de ces gélules et j’en ai déjà recommander. Je vous les conseille à 100% !!!


Le deuxième produit est la Cétones de Framboises en sachet poudre

Les cétones de framboises sont des phénols naturellement présentes dans la framboise. Les cétones possèdent des propriétés amincissantes exceptionnelles, notamment brûle graisses. Particulièrement appréciées dans le cadre d’un régime pour la perte de poids ou l’amincissement.

C’est la libération d’adiponectine entrainée par la cétone de framboise. Il s’agit d’une hormone responsable du déstockage des graisses. C’est pourquoi, ce complément alimentaire agit comme brûleur de graisses car il développe la transformation des graisses stockées par l’organisme en énergie.

J’ai commencé à prendre cette poudre chaque matin soit dans un jus maison soit dans un smoothie. Vous pouvez également la prendre avec de l’eau. Combiné à une bonne alimentation celle ci est très efficace.


Retrouvez tous les compléments alimentaire sur le site Nature AZ et profitez de mon code promo « mylittletambouilles » qui vous offre -10% sur tout le site.


J’espère que cet article vous aura plus, n’hésitez pas à faire un tour sur leur site. A bientôt 🙂

PART #1 : Les cosmétiques à la loupe


Il y a presque 4 ans, j’ai eu une prise de conscience sur les produits cosmétiques que j’utilisais. L’engouement pour les influenceuses beauté sur You tube m’entrainait vers des achats compulsifs pour une beauté à tout prix… Je fonçais alors comme un petit mouton vers les promos beauté des grandes marques de distributions, pensant naïvement que les promesses des grands industriels répondraient à mes besoins…Et puis un jour, j’ai lu un article, j’ai commencé à acheter des livres sur la slow cosmétique, la cosmétique maison et naturelle et j’ai fait un grand tri dans mes placards.


Petit à petit, j’ai commencé à réaliser mes propres cosmétiques. Ce fut un peu fastidieux au départ, évidemment il y a eu des ratés mais avec le temps j’ai approfondis mes connaissances et mes compétences. Mon envie de partager mes connaissances a commencé alors à se faire sentir en moi. Ne me sentant pas vraiment légitime, j’ai suivi une formation sur la « cosmétique bio & artisanale » auprès du Dr Humana.


J’anime des ateliers pour les enfants, les adultes, des occasions particulières (EVJF, Baby shower…). Aujourd’hui à travers cet article, je vous propose de vous guider vers une cosmétique bio et artisanale répondant réellement à vos besoins mais aussi de vous aider à comprendre les étiquettes des produits et à orienter vos achats vers des marques avec des compositions saines pour vous et pour l’environnement.


La méconnaissance du sujet, le greenwashing des industriels et la multitude d’informations ne vous permet pas toujours de comprendre ou de savoir vers quel produit se tourner.

Avant de vous lancer, je vous propose de comprendre tout ce qui ce cache derrière cette grande industrie du cosmétique.

Une cosmétique « intelligente »

La cosmétique doit répondre aux besoins essentiels et réels. Pour cela, la cosmétique doit utiliser des ingrédients issus des ressources disponibles et renouvelables qui apportent quelque chose de positif à la peau. Les ingrédients inertes ou inactifs ou inutilement transformés doivent être évités, ainsi que tout ingrédient susceptible d’améliorer la santé de la peau au détriment de la santé du reste du corps et de l’esprit. Or, les produits conventionnels, ceux que l’on trouve dans les grandes surfaces ou instituts beauté, contiennent une liste d’ingrédients souvent trompeurs. Bien que les produits conventionnels respectent le cadre légal strict des cosmétiques, ils sont composés de matières synthétiques ou transformés, d’ingrédients inertes, peu de végétal et beaucoup de synthétique et les produits sont peu ou pas biodégradables.


On trouve dans les produits conventionnels

Des huiles minérales et dérivés pétrochimiques : ce sont des corps inertes qui n’apportent rien à la peau et ils sont issus d’une industrie non durable

Des silicones et polymères : présents dans beaucoup de cosmétique pour apporter un effet « zéro défaut ». Bien que dérivée de la silice naturelle, la plupart d’entre eux sont aujourd’hui synthétiques et très peu biodégradable. Ils mettent une éternité à se dégrader dans l’environnement et perturbent l’écosystème.

Des matières éthoxylées : il s’agit de solvants ou de tensioactifs très transformés permettant de lier les différentes phases d’un cosmétique ou ayant un pouvoir détergent. Ces ingrédients ne sont pas officiellement considérés comme nocifs même si certains sont critiqués pour leur pouvoir irritant. Leur fabrication nécessite l’utilisation d’un gaz toxique et réputé cancérigène et leur biodégradabilité laisse fortement à désirer.

Application Inci Beauty


Les conservateurs et biocides : ce sont les mal-aimés de la cosmétique pour leur potentiel irritant, allergène et perturbateur endocrinien.

Perturbateurs endocriniens : ils sont trop nombreux pour en faire la liste mais on leur reproche de perturber le métabolisme (impact sur la fertilité, la croissance et la vie cellulaire, le cancer…). Selon certaines études, plus de 60% des cosmétiques en rayon contiennent des potentiels perturbateurs endocriniens.

Des Substances irritantes : les émulsifiants, les solvants, les parfums et conservateurs synthétiques. Ils ont un pouvoir irritant et parfois même allergisant.


Une cosmétique « raisonnable »

La cosmétique ne doit pas créer de nouveaux besoins. Limiter le nombre de produits permet de garder sa peau et ses cheveux en bonne santé. La cosmétique ne doit pas nous inciter à consommer plus que ce que notre peau à besoin. Or c’est ce que tente les fabricants de cosmétiques conventionnels grâce ou à cause de leur campagne marketing. L’avantage des produits maisons est de fabriquer à la juste dose en évitant de gaspiller.


Une cosmétique « écologique »

La cosmétique doit être formulée et utilisée dans le respect de l’environnement. Les ingrédients naturels ou biologiques les moins transformés doivent être privilégiés dans les formules excluant tout ingrédient de la chimie de synthèse, de la pétrochimie, de l’exploitation animale ainsi que tout ingrédient potentiellement polluant. La cosmétique doit s’efforcer de minimiser son impact écologique dans toutes les sphères de sa conception et de son utilisation.

Ainsi il est possible d’utiliser des cosmétiques issus de l’agriculture biologique, qui représentent 13% du marché actuel, mais leur prix est souvent couteux pour certains. Toutefois, comme cette cosmétique est plus respectueuse de l’environnement et des besoins fondamentaux de la peau, nous sommes amener à consommer moins de produits mais de meilleure qualité. Il faut s’assurer que ces produits contiennent les labels bio reconnus. Une cosmétique dite « naturelle » est alors une alternative à la cosmétique biologique et moins couteuse. La cosmétique naturelle, faite maison permet également de limiter l’utilisation d’emballages et de jouer la carte de la récupération. La cosmétique naturelle faite maison peut utilisée comme matière première des ingrédients biologiques.


Une cosmétique « humaine et éthique »

La cosmétique doit être formulée et utilisée dans le respect de l’Homme. La cosmétique doit mettre l’accent sur les bénéfices qu’apportent les végétaux, et les minéraux au corps autant qu’à l’esprit. C’est une discipline « holistique ». Tous les ingrédients potentiellement toxiques ou n’ayant pas d’effet comme les produits inertes sont à éviter.


Une cosmétique « économique »

Souvent considérée comme trop couteuse, la cosmétique bio n’est pas ou peu adoptée. Or, beaucoup de personnes ne s’intéressent pas non plus à la cosmétique naturelle, celle que l’on fait soi-même. On peut prendre soin de soi à petits prix, en respectant l’environnement et en répondant aux besoins réels de la peau. Rien qu’en ouvrant les placards de sa cuisine, beaucoup de produits permettent de créer ses cosmétiques par soi-même. D’autre part, il existe des sites d’approvisionnement pour réaliser des produits plus élaborés où les produits de bases de la cosmétique naturelle sont peu couteux. En effet, tout ce qu’on utilise sur notre peau et nos cheveux entrent dans notre corps et perturbe notre système hormonal notamment… De nombreuses femmes à ce jour ne parviennent pas à avoir des enfants et les cosmétiques y sont pour quelques choses, tout comme notre alimentation. On me dit aussi souvent « oui mais les shampoings ou les soins c’est pas grave on les rinces » mais tout ce qui entre en contact avec notre peau traverse cette barrière cutanée et arrive dans notre organisme et notre circulation sanguine et le perturbe. Bien évidement, chaque produit cosmétique conventionnel respecte un cadre légal mais l’effet cocktail de l’utilisation de plusieurs produits ont des conséquences sur le long terme.


Une cosmétique « créative »

Créer soi-même ses cosmétiques demande parfois du temps mais elle présente un intérêt ludique et créatif quelque soit l’âge que l’on a. En effet, en cosmétique naturelle, une large palette de recettes existe mais il est possible de créer, de moduler ses recettes et ainsi de réaliser des cosmétiques personnalisés, et adaptés à notre peau. C’est comme un atelier cuisine, on dose, on texte, on expérimente, on éveille nos sens.


Un peu d’histoire…

La cosmétique maison renvoi à ce que l’on appelle la « Slow Cosmétique » qui est un terme générique et rassembleur. Inspirée en partie par les mouvements Slow Food qui dénoncent la malbouffe, la Slow Cosmétique sensibilise les consommateurs aux abus de la cosmétique industrielle et invite à prendre soin de soi et de sa beauté de façon plus éco-responsable.

Slow Cosmétique est une marque récente puisqu’elle a été déposée en 2012. Elle est aujourd’hui détenue, promue et gérée par une Association internationale sans but lucratif (AISBL). Optez pour la Slow cosmétique, c’est milité pour une beauté qui a plus de sens à notre époque.

Depuis peu, nous sommes beaucoup à nous intéresser à une cosmétique plus naturelle. Or 80% des produits cosmétiques présents sur le marché, sont trompeurs. En effet, les industries de cosmétiques conventionnels ont compris qu’ils avaient tout intérêt à se tourner vers une cosmétique plus naturelle sans pour autant changer la composition de leur produit. Ainsi, ils jouent la carte du « greenwashing » c’est à dire l’écoblanchiment, le fait de faire passer une marque ou un produit pour écologique, biologique alors qu’il n’en est rien ou presque. Par exemple : le nom du produit évoque la nature et la douceur, le nom de la marque évoque la nature ou le bio mais cela n’implique pas toujours une bonne composition, de faux logos ou labels bio dans le but de tromper le consommateur, des illustrations végétales…

Ainsi pour s’assurer que l’on achète un produit Slow, il faut repérer les seuls labels bio certifiés, comme ceux ci dessous :

Même lorsque l’on achète des produits de bases pour confectionner ses cosmétiques soi-même il est préférable de se diriger vers ce type de produit ayant un logo certifié bio. Outre ces logos ou labels, il faut analyser la liste INCI des produits.

Plus qu’une mode, la consommation de cosmétiques bio ou naturels devient une tendance depuis plusieurs années. Alors que le secteur des cosmétiques classiques a relativement mauvaise image et stagne, c’est tout l’inverse des cosmétiques bio qui bénéficie de la confiance des consommateurs. Même chose pour les produits naturels fait par soi même, les consommateurs ont confiance car ils composent leur produit et en connaissent les ingrédients.


J’espère que cet article vous permettra de comprendre un peu mieux ce qui se cache derrière nos cosmétiques. Le prochain article sera consacré au decryptage des étiquettes des cosmétiques

Shampoing solide : la recette de base

Hello tout le monde, je reviens en ce début d’année avec

LA recette de Base du Shampoing solide !

Le shampoing solide pourrait réduire ce gaspillage puisqu’il permet de faire environ 50 shampoings (avec un galet de 100 grammes) et d’économiser trois bouteilles en plastique.

Pour beaucoup, cela paraît compliqué de réaliser un shampoing solide alors que pas du tout! Vous êtes prêts ? Il vous faut juste 5 ingrédients !!

  • 60 g Tensioactif SCI, c’est L’ingrédient indispensable pour réaliser des shampoing solide. Autrement dit Sodium Cocoyl Isethoniate, c’est un dérivé de l’huile de coco. C’est le tensioactif, le plus doux. Il va permettre de laver vos cheveux grâce à son pouvoir lavant et moussant. Sa particularité est qu’il est entièrement biodégradable.
  • 10 g poudre de plante, ici j’ai choisit le Shikakai
  • 20 g d’huile végétale, ici j’ai choisi l’huile végétale d’avocat pour son côté nourrissant, fortifiant, brillant et favorisant la pousse des cheveux.
  • 15 à 20 gouttes d’huile essentielle, ici j’ai choisit l’ylang-ylang car elle fortifie et fait briller les cheveux. Ainsi que pour son odeur exotique.
  • 10 g d’eau

ZOOM SUR LE SCI

Depuis quelques temps maintenant, j’utilisais le tensioactif SCI vendu sur Aroma zone. Toutefoi, celui est conditionné sous forme de petites billes, qui mettent un certain temps à fondre au bain marie. Je trouvais que le rendu « esthétique » n’était pas toujours très lisse. Et au fil du temps, le shampoing avait tendance à s’effriter plus rapidement.

SCI en billes de chez Aroma zone

Puis j’ai découvert, le SCI vendu par La Fabrik à Bulle, c’est une savonnerie artisanale et écologique localisée à Gosné en Ille et Vilaine.

SCI en poudre La Fabrik’ à Bulles
Savonnerie situé à Gosné (35)

« On y fabrique de véritables produits de soin (savons, cosmétiques, …) et également des produits d’entretien pour la maison (solid’vaisselle, pierre d’argile) à partir de matières premières d’origine végétale et issues de l’agriculture biologique. »

Leur SCI est alors conditionné sous forme de poudre, plus volatile certes que celui d’aroma zone, mais beaucoup plus facile d’utilisation. En effet, on obtient une pâte bien lisse et homogène lorsqu’on place la préparation au bain marie. Ainsi, le shampoing solide obtient un esthétique sans granulé et une surface lisse. D’autre part, je préfère vers me tourner vers une savonnerie locale, proche de chez moi plutôt que contribuer au Géant de la cosmétique maison.

Passons à la Pratique !

Pesez le SCI, la poudre de plante, l’huile végétale et l’eau. Placez votre bol au bain marie et laisser fondre la préparation en mélangeant avec un mini fouet jusqu’à obtention d’une pâte bien lisse et homogène. En fonction de la poudre de plante utilisée, il faut parfois ajouter un peu d’eau.

Retirez ensuite du bain marie et ajoutez l’huile essentielle de votre choix. Si vous ne souhaitez pas ajoutez d’huile essentielle, vous pouvez ajoutez une fragrance naturelle pour parfumer votre shampoing.

Mettre rapidement la préparation dans des moules en silicone. Puis placer au congélateur 15 minutes.

Enfin, retirez du congélateur, démoulez les shampoings puis les laissez séchez à l’air libre pendant 48h avant de les utilisez.

Vous pouvez bien sûr adapté la recette avec une poudre de plante plus adapté à vos cheveux (ex: poudre de guimauve pour le côté démélant) ainsi que l’huile végétale et l’huile essentielle.

J’espère que cet article vous donnera envie de vous lancer dans l’aventure des cosmétiques solides !

Des bisous 🙂

Ma démarche zéro déchêt – A vous de jouer

Hello, tout le monde 🙂 j’espère que vous passez un bon été. Perso, pas mal de boulot et changement d’appartement. J’ai eu peu de temps pour me consacrer à l’écriture d’article sur le blog, alors j’ai décidé de revenir vers vous pour vous parler de ma démarche zéro déchet.

Il y a quelques mois j’ai participé à un atelier « ma salle de bain zéro déchet », je vous ai d’ailleurs écrit un article à ce sujet. Ce qui a changé depuis c’est l’achat d’un oriculi (remplace les cotons-tiges), j’étais au départ sceptique et depuis que je l’utilise je suis conquise 🙂 !!! Tellement plus agréable qu’un coton tige, l’oriculi récolte le sérumen facilement et ne fait pas mal aux oreilles.

Je n’ai pas encore acheté un rasoir de sureté, mais j’y songe vraiment mais j’ai du mal à faire mon choix car c’est un investissement. Je pense toutefois me tourner vers celui de la marque Lamazuna

Rasoir de sureté Lamazuna + son pain de rasage 55€

D’autre part, je voulais remplacer le sopalin par des serviettes de tables ou du sopalin lavable, mais là encore je n’ai pas eu le temps car je souhaite les faire moi-même et je viens juste de récupérer la machine à coudre de ma grand-mère !

Pour les courses, j’utilise des sacs à vrac pour les fruits & légumes et des bocaux pour les légumineuses, gâteaux apéros, sucrés, bicarbonate, acide citrique, ketchup, sirop d’agave…etc malgré tout je parviens à faire des déchêts plastiques par des denrées que je ne parviens pas à remplacer.

Pour les boissons, j’achète dans des bouteilles en verre et je n’achète jamais de bouteille en plastique, nous consommons l’eau du robinet en carafe et nous avons des gourdes.

Lorsque, nous faisons un pique nique, j’emballe les sandwichs dans des torchons, les salades dans des tuptups, idem pour les biscuits, chips ou autre, nos gourdes.

Ainsi par toutes ces actions, je réalise que j’en fais bien plus que certains. Mais, le chemin est encore long et il est temps que tout le monde réagisse et à commencer par les grandes industries.

La planète va mal et nous le remarquons tous en ce Mois de Juillet 2019 avec cette canicule. Comme si nous étions prisonniers dans l’état est la terre alors que c’est l’Homme qui a puisée ses ressources au profit de l’argent.. Revenons à des valeurs essentielles, des consommations raisonnées pour un avenir plus serein.

Par où commencer ? Honnêtement, la cuisine ou la salle de bain peu importe.

La cuisine :

  • Utilisez l’eau du robinet, vous pouvez placer un bâton de charbon dans la carafe, il filtre le calcaire.
  • Achetez vos fruits et légumes avec des sacs à vrac, vous pouvez en faire, même si vous êtes une couturière débutante, c’est très simple !
  • Achetez vos féculents, légumineuses, tisanes, thé, sirops, condiments, biscuits salés, biscuits sucrés en vrac. Personnellement, je vais régulièrement chez Day By Day à Rennes, je vous en parle souvent sur instagram.
  • Utilisez des microfibres, du vinaigre blanc pour remplacer les lingettes jetables déjà imprégnées…
  • Achetez votre liquide vaisselle, lessive, pastilles Lave vaisselle en vrac ou fabriquez les 😉

Il vous suffit de trouver LA bonne adresse d’épicerie en vrac près de chez vous, renseignez vous elles se développent de plus en plus.

La salle de Bain :

  • Utilisez des shampoings solides, des déo solides, des savons SAF (saponifiés à froid).. ou fabriquez les, vous trouverez des recettes sur le blog 🙂
  • Utilisez des cotons démaquillants au lieu des cotons jetables, ça fait 3 ans que j’en utilise et je ne pourrais plus m’en passez.
  • Utilisez un oriculi
  • Utilisez un rasoir de sureté
  • Utilisez une loofa, un gant de toilette.

Belle journée ou soirée 😉

La Saponification à froid

Hello tout le monde, aujourd’hui on parle Saponification à Froid (SAF).

Qu’est ce que la SAF ?

Il s’agit d’un processus de fabrication à froid respectant les matières premières utilisées dans le but de réaliser des savons artisanaux. La formule chimique est la suivante :
Triglycérides (corps gras) + Hydroxyde de sodium (soude) = Savon + Glycérine
Pour faire simple, le corps gras (les huiles) réagissent avec la soude pour créer une masse solide, on appelle cela la saponification.

Ce processus nécessite une bonne préparation et un équipement uniquement dédié à la SAF. N’ayant pas peur ! J’ai effectivement mit un certain temps avant de me lancer. Bien que cela n’est pas sorcier, il s’agit tout de même d’un procédé chimique. Lorsque vous utilisez la soude, il faut veiller à respecter quelques consignes de sécurité.

Règles de sécurité

Bien se protéger : porter un tablier ou une blouse qui couvre entièrement vos bras ainsi que des gants en caoutchouc et pas en latex. Porter également des lunettes de protection (vous en trouvez facilement en magasin de bricolage).

Laissez une bouteille de vinaigre blanc à proximité en cas d’accident

Travailler dans un espace ventilé et prévoyez le temps nécessaire (installation, procédé, rangement = 2h)

Matériel

Il est important d’utiliser du matériel exclusivement pour la SAF, comme pour la fabrication des cosmétiques maison, n’utilisez pas vos ustensiles de cuisine.

  • un équipement de protection : blouse, gants, lunettes + masque
  • Une balance précision
  • Deux ou Trois carafes résistantes à la chaleur , attention ne pas utiliser des ustensiles en aluminium !! Pensez à prendre des carafes suffisamment grandes
  • des cuillères ou tasses doseuses ou des petits bols pour peser les ajouts
  • un mixeur plongeur
  • un fouet
  • un termomètre
  • couteau, cuillère à soupe
  • des moules en silicone.

Le processus de fabrication

Pour une première recette, je vous propose une recette très simple avec deux corps gras avec la possibilité de réaliser ou non un marbrage.

  • 360 g d’huile d’olive
  • 140 g d’huile de coco
  • 70 g de soude caustique (vous en trouverez en magasin de bricolage, à manipuler avec précaution)
  • 150 g d’eau glacée déminéralisée
  • 3,6 g de lactate de sodium (facultatif, il permet un démoulage pour facile du savon)
  • 50 gouttes d’huile essentielle d’ylang-ylang ou de fragrance cosmétique sans CMR (dispo sur le site aromat’easy)
  • 7 g d’argile violette (pour le marbrage)

Veillez à bien respecter les quantités de façon très précise, en effet l’indice de saponification n’est pas le même en fonction des huiles végétales. Vous pouvez utilisez un calculateur en ligne, mais je vous conseille de ne pas faire des recettes trop compliquées pour un début.

La trace
  1. Préparation : Bien nettoyez votre plan de travail et sa laver les mains. Disposez l’ensemble des ingrédients dont vous aurez besoin et les ustensiles. Ventiler la pièce.
  2. Équipez vous !
  3. Pesez la soude puis l’eau. Versez lentement la SOUDE DANS L’EAU (et SURTOUT PAS l’inverse), remuez doucement pour la soude se dissout dans l’eau en évitant de respirer les vapeurs au dessus de votre carafe ou bécher. Attention ça chauffe, placer un thermomètre dans le bécher puis laissez la préparation à l’écart en attendant que sa température descende jusqu’à 40°C.
  4. Pesez ensuite le reste des ingrédients, faire fondre au bain marie l’huile de coco car elle est solidifiée. Il faut que les huiles atteignent aussi 40°C
  5. Une fois que le mélange eau + soude a atteint 40°C, le versez dans les huiles (et pas l’inverse). Il faut que le mélange soude + eau et que les huiles soient à la même température. Ajoutez l’huile essentielle. Mixez au mixeur plongeur jusqu’à ce que la texture soit homogène et qu’apparaisse ce que l’on appelle la trace, c’est à dire l’empreinte que laisse à la surface le mixeur une fois. Lorsque vous relevez la pâte à savon sur le dessus, vous devez voir apparaître une trace comme lorsque vous faites un gâteau. Il faut arrêtez de mixer sinon votre pâte à savon sera difficile à verser dans le ou les moules.
  6. Si vous souhaitez ajoutez l’argile violette pour réalisez le marbrage, je vous conseille d’arrêter de mixer un peu plutôt pour que la trace soit légère afin de remixer par la suite. Séparez votre pâte en deux, ajoutez l’argile violette dans l’une des deux pâtes et remixer jusqu’à la trace.
  7. Versez ensuite les deux pâtes sur la longueur du moule de façon simultanée. Utilisez ensuite une pic en bois pour réaliser le marbrage.
  8. Laissez séchez entre 36h et 72h avant de démouler. Procédé au découpage du savon (remettre ses gants, le savon est encore caustique) puis c’est parti pour la cure de 4 semaines !!!
Privilégier les moules en silicone, ce qui facilite le démoulage du savon.

Pour aller plus loin dans votre réflexion et démarche de saponification, je vous conseille le livre « Fabriquez ses savons » très bien expliqué et très complet.

J’espère que cet article vous aura aidé à sauter le pas de la saponification. Vous serez fier de réaliser vos propre savons et votre peau vous dira merci 🙂

N’hésitez pas à me laisser un commentaire.

A bientôt 🙂

Atelier Zéro déchet avec Bebiomena

Hello à tous, je reviens aujourd’hui pour vous parler Zéro déchet. J’ai eu l’occasion de participer à un atelier « Ma salle de Bain Zéro Déchet » avec Marianne Antoine « Conseillère ApiNapi » dans la boutique « C’est l’histoire de » situé près de Rennes.

Cet atelier m’a permit d’enrichir mes connaissances et de faire le point sur ma démarche zéro déchet. La rencontre avec Marianne fut très enrichissante d’autant plus que nous étions 3 participantes à l’atelier, cela nous a permit de poser toutes les questions, d’échanger et de faire le point sur nos chemins respectifs.

Je souhaite donc faire avec vous le point sur ma démarche zéro déchêt et les efforts qu’il me reste à faire. Au passage, je vous donne quelques conseils.

Ce que je fait déjà :

J’utilise depuis maintenant 2 ans des cotons démaquillants lavables et je ne reviendrait pour rien au monde aux cotons jetables. En plus de l’aspect écologique, je trouve que les cotons lavables n’agressent pas la peau et moi qui a la peau sensible je suis totalement convaincue. Pour ma part, j’utilise un coton 2 à 3 fois en le nettoyant entre chaque utilisation avec un savon pour retirer les traces de maquillage et que les cotons ne restent pas tachées. Après 2/3 utilisation, je les passe à 60°C en machine. Lors de l’atelier, Marianne m’a conseillé de les « Décrasser » de temps en temps : 2L d’eau bouillante + 1 cuillère à soupe de Percarbonate de soude, laissez trempez puis passer à 60°C en machine.

Il existe différents types de coton démaquillants : de la matière à la taille du coton. Le mieux est d’en tester plusieurs. De mon côté, j’ai déjà testé ceux des tendances d’emma, la marque Anaé et ma sœur faisant de la couture m’a fait un stock de lingettes de différentes matières à tester.

J’utilise des savons saponifiés à froid et des shampoing solide. Bien que je teste des produits liquides, je privilégie toujours les cosmétiques zéro déchêt. Vous pouvez trouvez des savons saponifiés à froid un peu partout, si vous souhaitez des produits locaux, je vous conseille ceux de la Savonnerie Aubergine basé à Saint Thurial. Il propose également un shampoing solide, dentifrice, savon de rasage et déodorant. Des produits testés et approuvés à 100% avec des compositions simples et efficaces.

Ce que je dois changer, faire évoluer

Utiliser des mouchoirs lavables !! Alors, c’est une grosse réflexion. En effet, je ne trouvais pas ça forcément hygiénique, pour moi un mouchoir s’utilise qu’une fois. Mais en parlant avec Marianne, elle nous a présenté des petites pochettes avec du tissu respirable ce qui permet de pas laisser « macérer » (beurk… ^^) son mouchoir. Un côté pour les mouchoirs propres et l’autre lorsqu’ils sont sales. Pour un usage quotidien, je vais donc passer le CAP des mouchoirs en tissu.

Idem pour le sopalin !!! Il est temps de retourner aux serviettes de tables comme chez papi et mamie quand on était petits

Ayant la chance d’avoir une maman et une sœur qui font de la couture, je vais pouvoir mettre à profit leurs compétences 😉 Vous pouvez suivre ma soeur sur sa page FB et lui passer commande si vous souhaitez.

Cotons démaquillants lavables

Les Protections féminine, on en parle ?

Pour ma part, j’ai essayé la CUP. Très mauvaise expérience de mon côté, difficulté à la mettre, gêne quotidienne. Et pourtant, j’ai persévérer, je lisais beaucoup d’expériences qui disait qu’il fallais prendre l’habitude. Mais pour moi ça n’a jamais fonctionné. Et surtout, que la CUP ne permet pas d’éviter le choc toxique.

La découverte des Serviettes Hygièniques Lavables (SHL) est une belle découverte. Bien que j’en avais déjà entendu parler, je n’avais pas vraiment porter mon attention sur ces « textiles lavables » mais en fait la matière utilisée pour ces serviettes est très agréable et beaucoup plus confortable qu’une serviette jetable (on a toutes connues, la serviette qui nous colle à moitié, on va pas se mentir ^^). Côté « hygiène » comme pour les mouchoirs en tissu, il existe des pochettes pour transporter ses serviettes d’un côté sale et de l’autre propre. Pour les plus téméraires, il existe aussi « des culottes de règles » qui peuvent être porter au quotidien ou pour la nuit je trouve que c’est l’idéal. Pour ce qui est de l’entretien, les serviettes passent en machine à 60°C. En fonction de votre flux, il faudra adapter le nombre de serviettes donc vous avez besoin.

Vous pouvez également essayer « le flux instinctifs » pour le coup, on utilise aucune protection et il faut être à l’écoute de son corps, contracter son périnée pour éviter l’écoulement. J’ai testé cette méthode lors de jour de repos quand je reste chez moi et je dois dire que c’est plutôt agréable, on se sent plus à l’écoute de son corps, plus léger.

Mes prochains achats

Je pense à investir dans un rasoir de sécurité, un rasoir où la tête est interchangeable pour éviter d’acheter les rasoirs « vénus » tout les 3 mois. Nous avons des brosses à dents électriques rechargeables sur secteur, je considère qu’il s’agit d’une démarche plutôt ZD mais ce qui est du changement des têtes elles sont en plastique et je ne connais pas bien l’impact écologique. Je pense donc à passer aux brosses à temps en Bambou. Enfin, je compte éliminer les cotons-tiges de ma salle de bain en achetant un oriculi.

En conclusion

Cet atelier m’a permit de faire le point sur ma démarche ZD et je remercie Marianne pour sa disponibilité et ses réponses précises. Bien qu’on peut penser que les achats ZD ont un coût à terme nous faisons de réelles économies car les cotons, les SHL..Etc durent dans le temps. D’autre part, il s’agit d’une démarche écologique et plus saine pour sa santé.

J’espère que cet article vous aura plu. Je vous souhaite une belle journée et n’hésitez pas à me poser vos questions en commentaire.

Et voici quelques adresses ZD à Rennes :

Bises 🙂

Justine

Routine visage soir d’automne

Hello 🙂

On se retrouve en cette période automnale pour vous parler de ma routine du visage que je fais le soir. A savoir, j’ai une peau sensible & réactive, qui peu parfois avoir de petites imperfections. Globalement, je réalise des soins doux pour ne pas agresser ma peau et je réserve les soins spécifiques lorsque cela est nécessaire. Cela évite d’habituer ma peau aux produits et de ne pas la surcharger.

J’espère que cet article vous plaira, bonne lecture 🙂 🙂

Bises


  • Le démaquillage :46507328_186641078940174_3647943593982689280_n

Je démaquille mon visage avec un liniment oléo-calcaire maison. C’est un nettoyant idéal pour les bébés mais aussi pour les femmes. Je l’utilise avec un coton démaquillant lavable que je passe sous l’eau chaude. Je démaquille ensuite mon visage. Le liniment permet d’apporter de nourrir ma peau tout en la démaquillant en douceur. Un produit très efficace mais attention il faut rincer le produit car trop gras pour la peau des adultes mais idéal pour la peau des bébés.


  • Le nettoyage :

46501470_1588430111259121_8962924090448936960_n

J’utilise une mousse nettoyante « perfectrice de peau », je la trouve douce et agréable et ne fait pas tiralier la peau. J’utilise avec une éponge Konjac, normalement destiné au bébé, elle est parfaite pour le visage. Ce nettoyage en douceur est vraiment agréable. Moi qui n’aiment pas les nettoyages avec des mousses, là je suis conquise 🙂


  •  » Parfaire le nettoyage »

Une fois ma peau nettoyée et séchée, j’utilise une eau micellaire ou un hydrolat.

Je teste 46488149_1962301174074213_4100838497957445632_nactuellement l’eau micellaire de la marque « U Bio » certifié bio à la Camomille. Je la trouve rafraichissante et elle permet d’enlever les résidus restants.


  • L’hydratation :

46489535_347397565836005_677234055300775936_n

J’utilise une crème de chez « GrAmarde », une belle découverte, une crème réconfortante parfaite pour ma peau sensible et réactive. J’utilise depuis peu un contour des yeux, j’avoue que c’est le genre de produit que je zappe tout le temps… Je me suis donc enfin décidé et j’utilise celui de chez Avril Cosmétiques, 7€ les 40ml… je trouve que la quantité est dingue, j’en ai pour des mois.. Pour le moment, je remarque pas énormément de changement mis à part que j’ai les cernes moins marqués et j’ai meilleur mine 🙂 A voir dans la durée … 🙂